Vous lisez actuellement
Révélations sur le jeûne sec

Révélations sur le jeûne sec

Pour le jeûne classique, les expert(e)s en coaching santé conseillent généralement de bien s’hydrater en buvant de l’eau à profusion. Et pourtant, si l’on observe le jeûne prolongé pratiqué dans la nature par certains animaux lors de l’hibernation ou par certains oiseaux migrateurs qui traversent les océans sans manger, aucun ne boit de l’eau.

“L’organisme voit ses besoins en eau diminuer considérablement lorsqu’il ne
mange plus”

Exemples des effets bénéfiques de l’autophagie sur certaines maladies dégénératives

Si une régression sensible des symptômes de l’Alzheimer a pu être observée après un jeûne long conduit dans les règles de l’art1, c’est parce que non seulement l’autophagie a pu phagocyter les agrégats protéiques (appelés complexes amyloïdes) qui encombrent les neurones, mais c’est aussi parce qu’il a été constaté une élévation sanguine de l’hormone de croissance (GH) qui stimule la neurogenèse. De plus, les corps cétoniques fournissent le carburant idéal pour les neurones devenus incapables d’utiliser le sucre (diabète de type 3).

Si certains cancers réagissent aussi favorablement au jeûne long, c’est probablement grâce au nettoyage de la cellule et au travail de réparation de l’ADN abîmé dont les cellules cancéreuses sont affectées2.

Plusieurs études ont confirmé que l’autophagie protégerait entre autres contre les maladies neurodégénératives, les maladies inflammatoires, les infections, le cancer, l’insulinorésistance et le vieillissement précoce.

Jeûne hydrique ou jeûne sec ?

Pour le jeûne classique, les expert(e)s en coaching santé conseillent généralement de bien s’hydrater en buvant de l’eau à profusion. Cela pour deux raisons apparemment logiques.

  • La première, c’est que boire de l’eau coupe la sensation de faim souvent plus prégnante au début du jeûne ;
  • La deuxième, c’est que l’eau permet d’éliminer, par voie rénale, les déchets issus du catabolisme. Et pourtant, si l’on observe le jeûne prolongé pratiqué dans la nature par certains animaux lors de l’hibernation (ours, marmotte) ou par certains oiseaux migrateurs qui traversent les océans sans manger, aucun ne boit de l’eau.

Les animaux malades ou blessés qui se mettent en jeûne thérapeutique spontané font de même : ils ne boivent pas. Plus près de nous, le Dr Herbert Shelton (1895-1985), médecin naturopathe spécialiste du jeûne, conseillait vivement à ses patients : « Ne pas se forcer à boire lors du jeûne et ne boire que quand le besoin se fait réellement sentir. » 

C’est le Dr Sergei Ivanovich Filonov (Altaï, Sibérie) qui, dans son ouvrage intitulé, Dry Fasting, myths and reality (non traduit en français), nous éclaire de manière scientifique sur ce qu’on appelle le jeûne sec.

Lorsque que le corps fabrique sa propre eau dite endogène

Selon lui, l’homme est capable de jeûner sans boire pendant au moins 15 jours. Cela s’explique d’abord par le fait que l’organisme voit ses besoins en eau diminuer considérablement lorsqu’il ne mange plus. La fonction nutritive (digestion, absorption et assimilation) est en effet extrêmement demandeuse de liquides, surtout lorsque les aliments ont été déshydratés par la cuisson ou enrichis en additifs qui devront être éliminés par l’urine. 

Ce qui n’empêche que les besoins organiques en eau, même réduits, sont toujours présents. Que fait alors l’organisme si ses apports hydriques sont réduits à néant ? S’adapter aux nouvelles conditions de vie qui se présentent à lui. Conditions auxquelles nos ancêtres ont été confrontés pendant des millénaires et pour lesquelles nous sommes parfaitement outillés sur le plan génétique.

“Lors d’un jeûne sec, deux hormones antidiurétiques sont activées, la vasopressine
et l’aldostérone”

Le jeûne sec va mettre d’emblée l’organisme dans une situation stressante de déshydratation à laquelle il répondra très vite pour s’y adapter par une mise en route des circuits métaboliques et enzymatiques nécessaires à la production d’eau interne.
De plus, deux hormones antidiurétiques seront alors activées, la vasopressine et l’aldostérone, qui réduiront le volume des urines qui se verront alors plus concentrées.

D’une manière générale, le corps va chercher son eau dans la lyse de tous les tissus superflus, morts ou en état de décomposition qui seront ainsi progressivement et littéralement digérés au cours du jeûne sec. Cependant, le plus grand fournisseur d’eau endogène est constitué par les tissus adipeux. Et ce, au même titre que le chameau qui peut survivre dans le désert sans boire et quasi sans manger, sous une chaleur torride, pendant 4 à 5 semaines, grâce aux réserves de graisses stockées dans sa bosse. 

Cette eau endogène dite métabolique permettra d’assurer les autres fonctions organiques mais aussi l’évacuation rénale des toxines issues de l’autophagie. Le jeûne sec provoque donc une entrée en cétose beaucoup plus rapide que le jeûne hydrique, réduisant ainsi l’utilisation des protéines, comme substrat énergétique, au strict minimum. Le jeûne sec privilégie donc la fonte des graisses en limitant la destruction des muscles.

Aucune déshydratation majeure n’est à craindre ici dans la mesure où le jeûne ne dépasse pas une dizaine de jours (voire même plus) et où seront évités les efforts physiques violents et prolongés qui accentueraient la déshydratation par la transpiration.

Comme la lipolyse en jeûne sec doit fournir de l’énergie (grâce aux corps cétoniques) mais aussi de l’eau (ce qui n’est pas le cas pour le jeûne humide), elle se montrera beaucoup plus rapide et plus intense que celle opérée lors du jeune humide.

Dangereux pour les reins ?

On nous a toujours seriné qu’il fallait boire en moyenne 1,5 l à 2 l d’eau par jour pour éviter la déshydratation et permettre l’élimination rénale des déchets métaboliques. C’est la simple observation de la couleur des urines qui peut déjà nous indiquer si nous buvons trop : quand elles sont aussi claires que de l’eau.
Si nos reins fonctionnent correctement, l’urine présente une belle couleur ambrée. Si nous sommes dans un état de déshydratation avancée alors que la soif ne nous l’indique souvent plus, les urines peuvent alors tirer du marron foncé au noir.

Lors des sept jours de jeûne sec que votre serviteur a eu le bonheur d’expérimenter avant de rédiger cet article, j’ai uriné tous les jours jusqu’à la fin du jeûne un liquide de teinte jaune paille. 

Une étude allemande effectuée en 2013 (Papagiannopulos, Boschmann, Koutsonios, Dotsikaen), réalisée sur 10 adultes en bonne santé, a montré qu’après un jeûne sec de cinq jours, la diminution du poids était accompagnée d’une amélioration considérable de la fonction rénale des participants.

Explication : bien qu’ils travaillent encore au ralenti, les reins mis au repos pendant le jeûne sec reprennent toute leur puissance métabolique, alors qu’ils ont plutôt tendance à s’épuiser lors du jeûne hydrique. En effet, boire abondamment de l’eau à jeun, comme on le fait dans le jeune humide, augmente considérablement le volume du sang et par conséquent diminue la concentration de ses différents constituants (dont certains minéraux comme le Ca, le Na et le K). 

Or ceux-ci ne peuvent jouer leur rôle physiologique spécifique que s’ils sont en concentration bien définie dans le sang. C’est ce qu’on appelle l’équilibre isotonique plasmatique du sang. Si cet équilibre est rompu, l’organisme va réagir en essayant de le rétablir en évacuant l’excédent d’eau par les reins qui se fatiguent inutilement pour ne filtrer en réalité pas grand-chose.

Les effets du jeûne sec décuplés par rapport à ceux du jeûne humide

Rappelons encore que la lipolyse du jeûne sec est plus rapide et plus intense puisqu’elle fournit à la fois la source d’énergie (corps cétoniques) et de l’eau (endogène) alors que celle du jeûne humide ne fournit que de l’eau. On retrouve ainsi pour le jeûne sec les mêmes résultats qu’avec le jeûne humide mais de manière plus rapide et sans en avoir les inconvénients. L’haleine cétonique (signe clinique de la lipolyse) s’obtient souvent au bout d’un jour de jeûne sec alors qu’il en faut plusieurs pour le jeûne humide. 

On estime globalement et en moyenne qu’un jour de jeûne sec est équivalent, dans ses effets, à trois jours de jeûne humide. L’expérience nous montre aussi qu’avec le jeûne sec, 

les crises d’élimination, la sensation de faim, de fatigue et de frilosité sont bien plus faibles qu’avec le jeûne humide. La récupération est meilleure et la sortie du jeûne s’en voit grandement facilitée. Il est cependant conseillé de rompre un jeûne sec en reprenant de l’eau en petite quantité à chaque fois, voire en la sirotant. La boire en trop grosse quantité peut amener à faire des œdèmes, le corps étant devenu plus habitué à retenir l’eau qu’à l’évacuer.

La pratique du jeûne sec peut se calquer sans problème sur celle du jeûne hydrique. Pour débuter, le jeûne sec intermittent donnera de biens meilleurs résultats que son équivalent humide. Les options pratiques ne manquent pas dans ce  domaine, que ce soit une journée de jeûne hebdomadaire ou quatre journées par mois ou un jeûne plus long par trimestre, par exemple.

« Le jeûne met l’organisme en mode de protection en phagocytant les tissus malades pour protéger les tissus sains. Il n’est pas normal pour le corps de ne pas jeûner. Notre patrimoine génétique n’est pas adapté à une prise continue de nourriture. Notre organisme est mieux équipé pour supporter la carence de nourriture que son excès.  » Walter Longo, gérontologue et spécialiste du jeûne (Université de Californie,
Los Angeles, USA)  

Sources

– Le Pouvoir du jeûne , Yéléna Kentish. Le meilleur livre sur le sujet que je connaisse.

– Les vidéos de Thierry Casasnovas (Association Régénère)

1 Dr Sandrine Thuret (King’s College, London), Dr Jeffrey Davies (Université de Swansea, UK) et Pr Mark Mattson (université de John Hopkins)

2 Dr Valter Longo (Université de Caroline du Sud)

Quelle est votre Réaction?
Incroyable
0
Intéressant !
0
J'adore !
0
Je n'aime pas
0
Triste
0
Voir les commentaires (0)

Laisser un commentaire

© 2019 BIOVIF Magazine . All Rights Reserved.

Scroll To Top
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}