Vous lisez actuellement
L’hygiène dans le vrac

L’hygiène dans le vrac

Le vrac a le vent en poupe et se développe à grande vitesse, mais certains a priori sur l’hygiène dans ce mode de consommation persistent. Alors, mythe ou réalité?

Céline, de C’Green (Kraainem), nous explique ce qu’elle met en oeuvre pour assurer l’hygiène dans son épicerie zéro déchet.

Quels sont les risques sanitaires réels dans le vrac ?

Pour le non alimentaire, aucun. Pour l’alimentaire, il peut y avoir un risque potentiel de mites alimentaires et de vers dans les farines (qui prouvent que c’est du bio), et des risques pour les personnes qui ont de fortes allergies. Le risque zéro n’existe pas, mais si les normes d’hygiène, qui sont en fait du bon sens, sont respectées, le risque est très faible, tout comme pour les produits emballés.

Peux-tu nous donner des exemples, expliquer comment tu t’assures que le risque est minimisé ?

La base, c’est déjà de se laver soigneusement les mains à chaque manipulation de produits. Ensuite, j’ai choisi des silos à vrac et bacs à pelle fermés plutôt que des gros tonneaux, pour des raisons d’espace bien-sûr mais aussi parce que je trouve cela plus facile pour l’hygiène. En plus, les silos permettent vraiment une gestion des stocks en « 1er arrivé, 1er sorti » : pas de mélange de lots, et dates de péremption plus proches vendues en premier.

Les silos et bacs à pelles sont lavés à chaque changement de lot ou à chaque remplissage pour les produits plus à risques comme les farines, flocons d’avoine, etc. Une pelle différente est utilisée pour chaque produit à remplir, et les pelles, comme les linges de nettoyage, sont lavés tous les jours. Chaque silo est dédié à un produit, pour éviter les risques d’allergies : je n’utilise pas un silo qui a reçu un produit avec gluten pour y mettre un produit sans gluten, par exemple, même s’il a été nettoyé entre deux remplissages. Deux heures sont consacrées chaque soir pour l’entretien, l’hygiène et le remplissage des silos.

J’ai déjà vu des clients de magasins de vrac utiliser la pelle d’un produit pour se servir d’un autre produit. Ce type de geste pose question sur l’hygiène dans le vrac, sur ce qui ne dépend pas de la bonne volonté des gérants de magasins, alors comment rassures-tu les clients à ce sujet ? Que conseilles-tu de vérifier avant d’accorder sa confiance ?

C’est vrai que ce type de geste peut arriver : pour cela, les petits commerçants ont un avantage à être petits, ils peuvent mieux voir ce qui se passe dans leur magasin, sensibiliser directement les clients aux règles d’hygiène, laver et changer immédiatement la pelle.

Pour rassurer les clients sur l’hygiène, je conseille de vérifier la présence du certificat de l’AFSCA qui doit être affiché sur la vitrine et qui inclut les dates de contrôles. J’encourage également à venir voir par eux-mêmes et poser des questions, que l’on puisse expliquer en toute transparence comment cela fonctionne. Je pense que l’intuition est aussi importante : parfois on « sent » si le lieu est net, propre, si on peut avoir confiance.

Ce sera donc la conclusion

Si vous avez des craintes mais que vous voulez vous faire votre propre opinion, rendez-vous dans un (ou plusieurs) magasin de vrac, posez des questions et écoutez votre intuition. Si ça se trouve, vous serez rassurés !


Caroline Bouchez
Coach zéro déchet
caroline@far-waste.com

Quelle est votre Réaction?
Incroyable
0
Intéressant !
2
J'adore !
0
Je n'aime pas
0
Triste
0
Voir les commentaires (0)

Laisser un commentaire

© 2019 BIOVIF Magazine . All Rights Reserved.